Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen Empty
MessageSujet: Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen EmptyLun 16 Juin - 19:30


Le jour s’éteignit bien trop rapidement à mon goût : après les entraînements habituels, l’inévitable était de me retrouver à nouveau seul dans ma chambre, verre d’alcool à la main, comme à chaque soir. Comme tant de soirs, je ne pus me résoudre à accepter de me retrouver ainsi. Ainsi, je décidai d’aller dans un petit bar, un où je n’étais jamais allé. Au final, j’allais boire comme toujours, mais je n’allais pas me morfondre tout seul, au moins.

Dans cette taverne, tellement malfamée, sale et vieille qu’une dégoûtante odeur de moisi ou de je-ne-sais-quoi s’élevait dans l’air, aucune femme n’était présente, à mon plus grand regret. Tous des hommes, dont la plupart me semblait plutôt louches. Je restais dans mon coin, accoudé au bar, n’osant même pas glisser un seul mot au barman qui, pourtant, semblait s’efforcer de démarrer une conversation avec moi. En même temps, vu les clients bizarres qui traînaient sa taverne, je le comprenais un peu de vouloir aborder un type qui avait l’air un minimum normal. Néanmoins, l’envie de parler n’était pas là. J’étais venu ici pour boire, ni plus ni moins. Ces discussions futiles ne m’intéressaient pas. Ses tentatives de me faire parler un peu se soldèrent d’un échec, avec lequel il avait pu recevoir un magistral « Ta gueule et ressers-moi de cette vodka. Connard. »

Après quelques verres, lorsque je sortis de cet endroit répugnant où je n’allais plus jamais remettre les pieds, faute d’absence de jolies demoiselles, j’étais on ne peut plus de mauvaise humeur. La vodka ingérée plus tôt avait ravivé en moi une aigreur qui me ressemblait en tout point, lorsque je buvais trop : je regardais de travers les bonnes gens qui ne faisaient que passer, tant que j’avais envie de leur mettre mon poing sur la gueule. Néanmoins, je ne fis rien de cela, traçant ma route pour rentrer au camp, là où j’espérais retrouver le sommeil facilement, avec tout cet alcool que j’avais dans le sang.

Peut-être était-ce la faute de mon état d’ébriété qui avait engourdi mon sens de l’orientation, mais j’empruntai un mauvais chemin et me retrouvai aux quartiers pauvres, endroit que depuis toujours je cherchais à éviter. Cet endroit sale, répugnant… J’eus des frissons dans le dos, dès que je me rendis compte de l’endroit où je me trouvais. Je ne me sentais pas à l’aise ici, ici où je voyais des personnes qui n’appartenaient pas du tout à la classe sociale à laquelle je faisais partie. Certains dormaient même au sol. Je ne les plaignais pas, bien au contraire, je me permis d’utiliser leur malheur pour apprécier un peu plus ma situation. Si je ne m'étais jamais enrôlé à l’armée et que j’aurais continué l’école, c’est là que je me trouverais, avec tous ces clochards. J’ai de la chance, eux moins. C’est leur problème, pas le mien, tss! me dis-je, fier de ma position.

Tournant à droite à une intersection, j’aperçus quelqu’un dont la silhouette me rappelait vaguement quelqu’un que j’avais connu. Cette personne me paraissait si petite, si chétive… lorsque mes yeux se posèrent sur sa chevelure rouge comme le sang, je devinai aussitôt de qui il s’agissait. Au début, j’eus du mal à réaliser ce que je voyais. Puis, je décidai de rejoindre ce gens qui, de dos, était le portrait tout craché d’un de mes ex-fantassins : Azzuen.

Arrivant à lui, je posai doucement une main sur son épaule, comme pour ne pas l’effrayer. Ç’aurait été dommage qu’il me glisse entre les doigts… Lorsqu’il se retourna, j’eus ma réponse : ce gosse, c’était Azzuen. Je lui souris, feintant la joie qui venait avec ces retrouvailles. Je puais l’alcool, il allait le sentir à cette distance sans doute, mais je n’y pensais même pas…

Oh non, ça n’allait pas se passer ainsi. Ma rancune envers ce môme ne s’était jamais éteinte depuis la dernière fois, le revoir n’avait fait d’ailleurs qu’alimenter ce feu qu’était ma haine envers lui. Ce connard. Ce connard qui m’avait traité de monstre. Je serrai les dents à la pensée de ce souvenir qui était si clair encore dans ma mémoire. Je ne laissai paraître aucun signe d’agressivité : j’avais l’air aussi détendu que si rien ne s’était jamais passé, alors que pourtant, dans ma tête, un torrent d’insultes à son égard s’animait, cherchant à vouloir jaillir de ma bouche. Puis, peu à peu, ce flot de pensées négatives se changèrent en plans machiavéliques, probablement influencés par mon ivresse.

Jusqu’à ce que j’en vienne à idée perfidement fabuleuse pour monter horrible machination contre lui. Cette aversion que j’avais pour lui n’avait fait que grandir et encore grandir. Et ce, depuis que nos problèmes, nous les avions laissés retomber pour ensuite les balayer sous le tapis, tels de la poussière. Et pour empirer le tout, nous ne s’étions guère recroisés, me donnant par le fait même l’impression qu’Ezariel avait tout fait pour ne plus jamais me revoir… J’avais été blessé par lui, et maintenant, pour lui offrir rémission de tout cela, l’irrépressible envie de me venger, de le faire souffrir, de le faire pleurer de souffrance. J’allais le briser… pauvre petit jouet ♥︎

Définitivement, l’alcool et les retrouvailles ne faisaient pas bon ménage… Même si mon caractère rancunier et mon immaturité n'y était pas non plus pour rien.

Gardant mon faux sourire, je lui lâchai sans la moindre pointe de méchanceté dans la voix :
—Azzuen! Comme je suis content de te voir! Ça fait très longtemps quand même… Tu vas bien?

Ce pauvre innocent, niais, naïf gamin allait payer pour s’en être pris à moi. J’allais tellement le manipuler, lui donner tellement de faux espoirs, tellement le détruire… Je le détenais entre mes mains, autant que lui avait pu tenir la laisse que j’ai autour du cou. Je me sentais comme Loup qui traque Lapin, Kesai étant ma petite victime...


Dernière édition par Akemi Asaki le Jeu 17 Juil - 11:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Citoyen riche
Azzuen E. Kesai
Citoyen riche
Azzuen E. Kesai
Messages : 126
Date d'inscription : 12/06/2014
Age : 20
Localisation : Là. Là. Là. Là. Là et là.

Dossier civil
Âge: 16 ans
Connaissances:
Groupe: Police citoyenne

Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen Empty
MessageSujet: Re: Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen Comme Loup et Lapin ▬ Akemi & Azzuen EmptyLun 16 Juin - 20:37

L'adolescent avançait d'un pas rapide dans les bas quartiers, tout en observant de tous les côtés. Une personne louche avec une clope à la bouche dans une ruelle sombre, des cartons au sol avec un homme -semblant mort, mais ne l'étant pas- crasseux. Aucune lumière, sauf celle de la lune n'allumait cette partie de la ville. Il en avait la chair de poule, peu habitué à ces endroits lugubres. Stupide défi, pourquoi avait-il décidé de faire son brave petit garçon et d'aller s'aventurer seul dans cet endroit dangereux ? Surtout pour un jeune noble de sa classe... N'importe qui pourrait l'attaquer pour son argent on bien son mignon petit corps et ce, sans qu'il ne s'y attende. Juste cette pensée le fit frisonner de dégoût. Plus jamais il n'allait accepter de relever un défi de son ami à l'école, ça c'est sur !

Azzuen avait donc décidé de rentrer chez lui au lieu de risquer sa vie une minute de plus sur ce terrain, seulement il ne se souvenait plus du chemin qu'il avait emprunté pour en arriver là. Stupide mémoire de poisson... Le jeune garçon aux cheveux rouges refusait d'aller demander de l'aide à l'homme dans l'ombre et encore moins à cette personne au sol. Pour se consoler, le jeune garçon fredonnait une chanson douce, mais cela ne réussissait guère. Il continuait donc d'avancer, priant pour qu'une personne semblant digne de confiance apparaisse soudainement et lui montre le chemin vers son lit douillet ! Ce serait un trop beau rêve...

Soudainement, une main vint se poser sur son épaule, le faisant sursauter. Apeuré, le gamin lâcha un petit cri tout en se retournant pour avoir à quoi ressemblait la personne qui lui avait fait peur. L'adolescent tremblait comme une feuille. Ses yeux s’écarquillèrent légèrement en voyant le supposé inconnu. Ces cheveux blonds, ces yeux de différentes couleur et cette manière de s'habiller. Oh oui, il le reconnaissait plus que n'importe qui. Figé sur place, Azzuen n'osait plus bouger d'un cheveux. Encore sous le choc, il le fixait dans les yeux. S'il en avait été capable, le rouge se serait enfuit à nouveau. Il n'était pas prêt à affronter Akemi ou encore s'excuser. Une odeur désagréable vint chatouiller ses narines, celle de l'alcool. Le cadet savait que son aîné aimait boire après le travail, il l'avait même déjà vu dans sa chambre, une nuit. Il ne lui en voulait pas, car c'était sa vie, seulement étais-ce prudent de rester avec lui ? Ou bien étais-ce prudent de le laisser seul ? Saoul, on ne sait pas ce qu'on fait..

Sortant de ses pensées, le petit baissa ses yeux pour ne plus devoir affronter les siens. Puis, Akemi prit la parole. Cette belle voix qui lui semblait si familière et qui l'avait autrefois réconforté... Azzuen ne comprenait plus, le blond devait lui en vouloir à mort ! Comment était-ce possible qu'il soit heureux de le revoir? Le rouge eut un pincement au cœur, c'était si récent ces événements. Tous les jours, il se levait en repensant au général, se disant qu'il l'avait certainement blessé. Tout s'était déroulé si vite... Ezariel prit une bonne respiration, puis...

Je m'excuse ! Toutes mes excuses ! Je m'en veux tellement, j'ai été cruel avec toi cette fois-là... Je ne le pensais pas, quand j'ai dis que tu étais un ''monstre''... Je regrette tellement !

Il n'osait plus le regarder en face, Akemi était si incompréhensible par moment. Comment allait-il prendre ses excuses ? Cette question hanta ses pensées. Et s'il lui disait qu'il lui mentait ? Et s'il l'acceptait ? Et s'il voulait plus que des excuses ? Le jeune garçon allait tout lui donner pour le satisfaire. Il serait peut-être même prêt à mourir pour ça. Le grand comptait beaucoup à ses yeux, le petit regrettait beaucoup. Il s'ennuyait de leurs moments seuls et ensembles. Peut-être que le blond ne le prendrait plus jamais dans ses bras. La chaleur de son corps allait lui manquer. Des larmes virent aux yeux d'Azzuen, mais il les essuya rapidement avec ses gants. Par chance que le rouge avait la tête baissée !

Se forçant un peu à sourire pour qu'il ait l'air plus heureux que stressé, le cadet releva la tête vers son aîné. Pas question de refaire une nouvelle gaffe...

Enfin bref... Bonjour... Je suis moi aussi heureux de te revoir. Je vais bien, et toi ? Tu as des nouveautés depuis le temps.. ? Tu es heureux ?

_________________
[img][/img]